Category Archives: Uncategorized

Richissime

Pour mon anniversaire, ma fille Marie-Noëlle m’a offert le livre de Christophe André Méditer jour après jour, 25 leçons pour vivre en pleine conscience (éd. L’Iconoclaste). Une méthode pour « s’arrêter de faire, de remuer, de s’agiter ». Dois-je y voir un message ? 😉

J’ai commencé sa lecture et j’en suis aux premières leçons qui consistent à s’exercer à prendre conscience, vivre l’instant présent, respirer, fermer les yeux et écouter, observer ses pensées, … Pas évident pour un secoué du bocal dans mon genre mais je fais l’effort. Ce matin, pas de match avec mon petit-fils, le gel a rendu le terrain impraticable, j’ai donc toute la matinée pour mettre mes premières leçons de méditation en pratique.

Après un petit tour sur le marché glacial, j’ai fait une pause « prise de conscience » dans la magnifique Collégiale de Nivelles, le silence et la lumière y étant très inspirants. Après quelques minutes immobiles sur une chaise inconfortable, je ne tiens plus en place et ne peux m’empêcher de me lever pour marcher un peu. Je me dirige vers la Bible ouverte sur un présentoir près de la superbe chaire de vérité sculptée par Laurent Delvaux en 1770. Les livres m’attirent comme des aimants: celui-ci est ouvert au Livre de l’Ecclésiastique, un texte de sagesse juif écrit deux siècles avant JC. Je lis ces quelques mots : « … Il n’est point de richesse plus grande que la santé du corps… ».

Hasard ou Providence ? J’en suis juste à la lecture du chapitre 3 de mon livre de méditation : Habiter son corps. Je ne sais pas si je pratique bien les exercices, et entre nous je m’en fiche un peu, mais je prends soudainement pleinement conscience de mon immense fortune, combien je suis richissime d’être en bonne forme, de n’avoir mal nulle part, d’avoir les joues et les oreilles encore rouges et piquantes du froid qui vient de les taquiner. Et j’ai aussitôt une pensée pour ceux que j’aime et qui n’ont plus cette chance.

Et je remercie ma fille pour ce beau livre. Et aussi le Hasard ou la Providence en levant les yeux vers les rayons de lumière qui tombent des vitraux.

Capture d’écran 2018-02-24 à 14.07.02.png

IMG_8409.jpg

 

 

Outil de travail

– Kevin, voulez-vous éteindre votre smartphone, s’il vous plaît

– …

– Kevin, je répète, merci d’éteindre votre smartphone

– …

– Pour la troisième et dernière fois, veuillez mettre ce smartphone en poche et faites au moins semblant de participer au cours. Qu’y a-t-il donc de si fascinant à tripoter cet appareil depuis vingt minutes ?

– Mais, M’sieur, j’en ai besoin : pour un étudiant en pub, le smartphone est un outil de travail

– Pas à mon cours, Kevin, un cerveau suffit

cerveau-660x330.png

 

Qué calor !

Je viens d’arriver à l’école. C’est la Sibérie ici, un vent glacial balaie le campus, mon iPhone indique une température de -4°. Je me colle au radiateur derrière la vitre qui fait loupe et réchauffe les rayons du soleil polaire qui s’est levé il y a une heure ou deux. Je tiens mon café brûlant à deux mains pour les dégeler. Il est encore tôt, quelques jeunes courageux, grelottant, commencent à arriver au compte-gouttes, tous engoncés dans leurs anoraks, encapuchonnés dans la fourrure synthétique ou le bonnet de laine enfoncé sur les oreilles. J’entends la bise griffer les carreaux.

Soudain, il me semble percevoir une musique d’été, je ne suis plus dans une classe mais au Club Med, un touriste s’amène en sifflotant, les mains dans les poches de son bermuda et les pieds nus dans ses sandales. Je l’ai toujours dit, notre école est un lieu de villégiature, nos cours sont des vacances, nos profs des GO.

Vamos a la Helha, oh oh oh !

IMG_8401.jpg

IMG_8402.jpg

 

Inspirez, respirez !

 « On ne fait pas de bonne littérature avec de bons sentiments » dit l’adage. Je viens de lire la preuve du contraire.

Quand on referme le roman de Paolo Cognetti Les huit montagnes (éd. Stock) on a l’impression de redescendre de haut, de revenir dans la vallée où les fumées et fumisteries de la vie de tous les jours nous étouffent. Là-haut dans les montagnes du Piémont ou de l’Himalaya, les sentiments sont simples, purs, indestructibles. Ils m’ont donné l’envie d’accompagner lentement, sans tourner les pages trop vite, Bruno et Pietro, les deux héros de cette histoire sur les sentiers d’une amitié soudée et parfois secouée par le vent, la pluie, la neige.

Je ne connais pas bien la montagne, je sais qu’elle est belle évidemment, mais j’y ai passé peu de temps dans ma vie. Mes vacances sont plutôt des voyages culturels ou des séjours au bord de la mer, le regard tourné vers le grand large, promesse de rêves et de découvertes.

Avec ce roman, je viens de vivre une expédition intérieure vivifiante. Je ne regarderai plus jamais la montagne avec indifférence, je n’oublierai pas la passion et la langue sublime avec lesquelles Paolo Cognetti la décrit.

Et puis, quelle philosophie de vie dans ces pages, profonde et paisible, fondée sur l’amitié et la plénitude du moment présent dans les alpages ou la caillasse des glaciers : « Il vaut mieux pas trop penser à l’avenir… autrement on devient fou. – Alors à quoi je dois penser ? – À maintenant. Elle est pas belle, cette journée ? ». 

Un vrai bol d’air pur ce livre.

IMG_8400.JPG

 

Écrire pour ne rien dire

J’allume mon portable, apparaît sur mon écran un message intéressant : un site publicitaire que j’aime (enfin que j’ai « liké » une fois !) veut me rassurer en me donnant une information capitale : son nom a changé… sans changer.

Des mots qui ne signifient rien. Qui n’annoncent rien. Qui n’apportent rien.

Bref, une pub pour ne rien dire. Une de plus. Mais qui m’aura quand même fait rire car elle m’a rappelé le fabuleux sketch de Raymond Devos Parler pour ne rien dire dans lequel il démontre que rien… ce n’est pas rien : « Une fois rien… C’est rien! – Deux fois rien… Ce n’est pas beaucoup! – Mais trois fois rien… pour trois fois rien, on peut déjà acheter quelque chose… et pour pas cher!

Capture d’écran 2018-02-21 à 11.03.16.png

 

Selfie qui rit

Tennis ce matin avec les amis.

Il y a du bon et du moins bon.

Des coups droits tordus.

Des revers à l’envers.

Des smashs qui font splash.

Des lobs qui font flop.

Des balles qui volent dehors.

Et des qui s’écrasent dans le filet.

Il y a aussi des coups réussis.

Des échanges étranges.

Des jolis points.

Des jeux-pas-mal-pour-des-vieux.

Il y a surtout du plaisir.

Et sur le bord du court, des supportrices qui rient.

IMG_8399.jpg

IMG_8397.jpg

 

Et boum, boum…

… encore un (petit) billet sur le carnaval de Nivelles. J’y ai fait mon tour ce dimanche matin pour aller saluer les Gilles (il paraît qu’il y en a 600) et faire quelques photos. Rien de neuf à raconter depuis mon billet du 24 février 2015 (cliquer ci-dessous). C’est plutôt rassurant : si rien ne change, quand vient le carnaval, cela signifie que le printemps n’est pas loin. D’ailleurs, sous mes pieds qui bougeaient au rythme des tambours, j’ai senti la terre se dégeler.

Bon carnaval et pré-printemps à tous.

https://michelcollart.wordpress.com/2015/02/24/vide/

 

IMG_8376.jpg

IMG_8368.jpg

IMG_8377.jpg