Tas de pensées

Le marchand de bois vient de « benner » cinq stères de belles bûches de frêne bien sec. Du frêne ? Oui, rassurez-vous Monsieur, si on coupe beaucoup de frênes, c’est pour éradiquer une maladie qui les attaque depuis quelques années. Le tas de bois s’étale maintenant en vrac devant l’entrée de mon garage. Va falloir me retrousser les manches mais ça ne me fait pas peur. C’est le genre de besogne que j’aime. Comme dit l’adage, le bois nous réchauffe plusieurs fois: la première quand on le range.

J’ajouterais que le bois ne réchauffe pas que le corps. Mais le cœur et la tête aussi. Mes pensées sentent bon à la fois les souvenirs et les soirées à venir. Et me reviennent en tête celles qui me réchauffaient en février 2016 lors d’une précédente livraison. Les sentiments et les sensations sont restés les mêmes. Seules réelles nouveautés, les livres que je lirai près de la braise chaude seront différents, je viens d’acheter le premier que je savourerai près de la cheminée dont je vais allumer le feu ce week-end pour la première fois depuis l’hiver dernier. Il s’agit d’un très beau recueil de nouvelles au titre plein d’espoir La lumière est à moi de Gilles Paris (éd. Gallimard). Ses premières pages parcourues hier soir, la nouvelle « Les pins parasols » sentent bon la résine et la nostalgie de l’été. À lire au coin du feu d’accord… mais pas trop près quand même.

Belle journée lumineuse à vous tous.

Ci-dessous, un extrait de mon billet du 5 février 2016:

« Près de mon tas de bûches, je sens la fumée d’une cigarette et me revient en bouche la fraîcheur d’une canette de bière. Je revois mon frère Jean-Pierre que j’accompagnais parfois ramasser des troncs et tronçonner des bûches dans son bois de La Marlette. Tas de bois, tas de souvenirs.

Mais aussi, tas de petits bonheurs à venir. Ces rondins qui vont brûler dans ma cassette promettent de chaleureuses soirées en famille (et en chaussettes) au coin du feu, toutes lampes éteintes pour de douces conversations uniquement éclairées par la flamme qui danse.

Ils promettent aussi des tas d’histoires et de voyages à découvrir sous mon lampadaire de lecture avec en musique de fond le silence de la nuit et le léger crépitement du chêne ou du hêtre qui se consume ».

IMG_1776.jpg

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s