Merci Michel (et Henri)

Mon ami Henri Delorme m’a mis de bonne humeur ce matin en publiant dans sa chronique Matinale, à l’occasion du 32ème anniversaire du décès de Michel Audiard, deux sublimes citations que je ne connaissais pas et qui résument assez bien mon opinion sur les réseaux sociaux et Facebook en particulier.

La première : “J’ai divisé la société en deux catégories : mes amis ou mes cons à moi et les cons des autres que je ne supporte pas.” Hier encore, j’ai assisté à un échange de posts aussi cons les uns que les autres à propos de Bernard-Henri Levy que certains considèrent comme un philosophe de haut vol et les autres un fieffé menteur et imposteur. Échange très peu philosophique ressemblant surtout à une querelle de bac à sable où personne n’a, en fait, l’envie de convaincre l’autre mais surtout de montrer qu’il fait pipi plus loin. Au cœur de la bagarre, arrive inévitablement l’argument qui va montrer que son auteur se sent supérieur « Vous ne parlez jamais que sur l’homme et pas sur ce qu’il écrit. On peut en conclure que vous ne l’avez pas lu… » Sous-entendu, moi je l’ai lu donc je suis plus intelligent que vous. Sauf que BHL, on l’a vu tellement de fois à la télé, jusqu’à l’indigestion ou les ronflements parfois, qu’on a le droit d’émettre une opinion sur sa pensée. En ce qui me concerne,  je l’ai lu aussi. Enfin pas tout, trois livres (La barbarie à visage humain, Le testament de Dieu, Le Diable en tête). Et encore, je n’ai pas été jusqu’au bout. Écriture trop compliquée pour moi ou alors, moi trop con pour l’apprécier.

La deuxième citation : « Pourquoi certains n’auraient pas tout ? Il y en a qui n’ont rien… ça fait l’équilibre ! ». Cette citation, je la mets en relation avec le commentaire d’un copain suite à mon dernier billet ému sur les travailleurs black de passage dans les cultures de fraises près de chez moi. « Michel, me dit-il, c’est quand même très naïf ? ». Je lui ai simplement répondu que je suis touché par la précarité de ces gens et que je ne trouve pas ça naïf. J’ai écrit spontanément quelques lignes à ce sujet. Dans le style qui est le mien, simple peut-être, sincère en tout cas. Si j’avais la verve de mon idole Michel Audiard, je l’aurais sans doute fait avec le cynisme (apparent) qui le caractérise et aurais pondu une phrase du genre à la sienne. Mais bon, au fond, on pense et on dit la même chose.

Allez, assez de blabla, je vous souhaite à tous, chers amis FB, cons ou non, un très beau week-end.

Et merci à toi, cher Henri Delorme, de m’avoir fait connaître ces deux bons mots du grand Michel.

Capture d’écran 2017-07-28 à 09.12.09.png

 

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s