Alain de

Je sillonne la région d’Uzès à la recherche de villages pittoresques et de paysages colorés que je photographie pour mon aquarelliste préférée.

Et je passe tout à fait par hasard près du superbe château de Pouzilhac qui me rappelle un homme qui fut important, à deux reprises, dans ma vie antérieure, quand j’étais publicitaire. J’ai eu le bonheur, en effet, de croiser Alain de Pouzilhac deux fois dans ma carrière et ce fut bénéfique pour moi. Alain est devenu un des publicitaires les plus importants au monde dans les années 1980-2000 en tant que PDG du groupe Havas International et plus tard président de TV5 Monde de 2008 à 2012.

La première fois que je l’ai croisé, ce fut à l’agence de publicité parisienne Doyle Dane & Bernbach où j’ai travaillé comme jeune copywriter quelques mois en 1976. Alain y était alors responsable du budget Volskwagen et j’ai eu l’occasion de concevoir et d’écrire sous sa responsabilité aussi sympathique qu’inspirante quelques annonces pour le service après-vente de VW. Pas des chefs-d’œuvre mais des créations qui comptèrent quand même dans mon book de débutant. Aujourd’hui, je me souviens surtout des fous-rires tonitruants d’Alain et de ses assistants chaque fois qu’ils trouvaient un belgicisme dans mes textes.

Je l’ai retrouvé, tout à fait par surprise, 11 ans plus tard dans une salle de réunion à New-York. J’étais alors en mission pour l’agence Young & Rubicam de Montréal où j’exerçais depuis peu la fonction de Directeur de Création. J’allais présenter et défendre devant l’importateur américain d’Orangina un projet de script TV pour la campagne canadienne du célèbre jus à secouer pour bien mélanger la pulpe d’orange.

Et qui se trouve de l’autre côté de la table avec quelques commerciaux cravatés ? Alain de Pouzilhac himself alors responsable de l’agence Havas New-Yorkaise en charge du budget Orangina aux USA. Dès que je suis entré dans la meeting room au sommet d’un building de Madison Avenue, avec mes projets sous le bras, Alain a bondi de sa chaise pour me serrer chaleureusement la main et m’accueillir en rigolant « Oh ! le Belge… qu’est-ce que tu fous ici ? ». Pas besoin de vous dire que son intervention et le fait de me connaître personnellement ont fortement impressionné ma Présidente qui m’accompagnait à ce meeting. D’autant plus que la réunion fut bouclée en quelques minutes, en français, dans une ambiance particulièrement conviviale et que mon script fut approuvé sans discussion grâce à Alain. Et aussi, un peu – du moins je veux le croire – à sa qualité.

Le temps de m’arrêter pour photographier la plaque du village de Pouzilhac et le château des ancêtres d’Alain, ces souvenirs heureux me sont revenus en tête. Alors, Alain, si jamais tu me lis et si tu te souviens de moi, je t’offre cette photo, ce billet et te fais un grand bonjour… une fois !

FullSizeRender.jpg

 

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s