Le vertige des livres

Je ne lis pas beaucoup ces derniers temps. Pas assez. Je suis en manque. Trop fatigué sans doute et n’allez pas croire que c’est pour les mêmes raisons que ce gredin de Charles Bukowski qui disait dans ses Nouveaux contes de la folie ordinaire «Tu sais, quand je suis pas en train de me branler ou de fumer des joints, je lis des livres, des tas de livres ». Non, moi depuis quelques semaines, je n’ai pas une minute à moi. D’abord, j’ai dû me coltiner quelques mémoires de fin d’études de mes étudiants, parfois c’était bien mais souvent cela n’aurait pas été plus mal de faire comme ce bastard de Charles. Et puis, j’ai dû aussi me convertir en coach-arbitre-chauffeur-soigneur pour trois jeunes footeux pendant une semaine. Résultat, le soir quand je m’écroulais sous ma lampe de chevet et que j’ouvrais mon livre du même nom, je m’endormais avant d’avoir lu et compris la première page.

Mais là, c’est décidé, je vais me rattraper : je pars pour une dizaine de jours dans le Midi. Marie-Thérèse prend ses pinceaux, moi ma pile à lire que je compte bien faire descendre.

Pourtant le dernier livre que j’ai lu m’a beaucoup plu et donné envie d’en lire plein d’autres. J’ai pris le temps de le savourer à petites gorgées comme s’il s’agissait d’un vieux Chouchen. L’histoire se passe, en effet, sur une île imaginaire qui pourrait se situer au large de la Bretagne. Un roman entre thriller et poésie, écrit par mon ami Gilles Paris qui réussit l’exploit de changer de narrateur à presque chaque chapitre. Simple en apparence et fluide à lire, mais en réalité une écriture virtuose qui nous maintient en haleine jusqu’à la dernière page, chaque personnage apportant son point de vue à l’évolution et aux rebondissements du récit. Une atmosphère lourde, un vent puissant et omniprésent, des cris de goélands stridents, des vagues qui frappent les falaises, des herbes et des sentiers sauvages. Une maison de verre et d’acier isolée et mystérieuse. Des personnages énigmatiques, troublants. Une adolescente secrète et audacieuse. Une grand-mère en acier… enfin presque… Le vertige des falaises – Gilles Paris (éd. Plon), un livre à vous donner le tournis (merci Gilles, j’étais pourtant déjà servi avec mes migraines vestibulaires et mes otolithes vadrouilleurs).

Après quelques jours sans livre (c’est fou comme c’est vide !), j’ai ouvert hier Chanson douce – Leïla Slimani (éd. Gallimard). Impossible de refermer ce bouquin, il vous prend à la gorge d’emblée, on sent que les émotions vont être violentes, mais j’ai quand même dû arrêter après une centaine de pages, terrassé par le poids des paupières. Demain, au plus tard après demain, à Dijon ou à Uzès, je serai arrivé à la page 227. Fin. Drame selon la quatrième de couverture. Je serai en sueurs sans doute, froides probablement.

Comme je vais avoir quelques jours de rien (pas tout à fait quand même… j’ai quelques rencontres et rendez-vous notés dans mon agenda de vacances, dont un auquel je tiens particulièrement – hein Georges !), j’ai pris quelques livres avec moi, ne dit-on pas d’eux qu’ils sont nos meilleurs amis ? On verra, si je passe du temps avec eux, comment ils sont !

J’ai demandé à mon ami Voltaire de m’accompagner, j’ai envie de l’entendre à nouveau me parler de raison et de tolérance (il me semble que dans la folie de notre époque, ce sera le bienvenu et qui sait, je vous écrirai peut-être un petit billet voltairien d’ici peu). J’ai pris aussi avec moi un nouveau pote, Luc, (PLagiats – Luc Eyraud (éd. La P’tite Hélène) que je ne connais pas sauf un peu via Facebook . J’apprécie ses coups de gueule et sa verve explosive et colorée quand il n’est pas content (j’adore les mecs qui s’éclatent en diatribes et phrases pétaudières). J’ai jeté aussi dans mon sac un cadeau de mon ami Alex de Corse Mariage en douce – Ariane Chemin (éd. Équateurs) qui raconte le mariage très ambiance tumultueuse des sixties de Romain Gary et de Jean Seberg. Un peu de glamour dans mon mas perdu au cœur du Gard sera le bienvenu. Et enfin, j’ai emporté aussi le roman préféré de Barack Obama en 2015. Du moins, c’est ce qui est écrit sur la plupart des blogs qui en parlent. Un hymne à l’amour conjugal dans un monde dur, névrosé et impitoyable. Ma fille Marie-No et son compagnon Jean-Luc m’ont offert pour mon anniversaire Les Furies – Lauren Groff (éd. de l’Olivier). Je ne connais, jamais rien lu de cette auteure. Ça a l’air sexy et punchy et si Barack aime, ce ne devrait pas être nul.

Je ne lirai probablement pas tout. Je vais me garder quand même quelques heures pour la piscine, la balade, le pastis. Pour Marie-Thérèse aussi, bien sûr. Et pour un peu de repos, s’il me reste du temps.

Ah oui ! Je prends aussi mon Moleskine et mon porte-mine, pour quelques croquis et croque-mots.

FullSizeRender.jpg

IMG_6319.jpg

4 thoughts on “Le vertige des livres

  1. Alain

    Bonjour Michel ,

    Il est temps que je te félicite pour ta virtuosité en matière d’écriture.
    Je m’en délecte régulièrement et Annie aussi, tu manies vraiment bien la plume,
    je t’encourage à continuer c’est un plaisir de te lire, te remercie de partager ton art ,
    et je prends note des titres pour les temps de repos durant les vacances sans nos chicoufs.
    Chic quand on les prend ouf ! quand on les rend à leurs parents nos petits minots.
    On vous souhaite un bon séjour dans le midi nous serons au Grau du Roi la semaine prochaine si vous êtes parle faites nous signe on vous verrait volontiers

    Bises Marsaillaises

    Alain et Annie

    Reply
    1. Michel Collart Post author

      Merci Alain et Annie pour ces gentils mots. Nous ne serons hélas plus dans le Sud la semaine prochaine mais ce n’est que partie remise, on se reverra sûrement en Corse ou ailleurs lors d’in prochain stage avec Jacqueline. Bises de Marie-Therese et moi 😉

      Reply
  2. lacavernedhaifa

    J’ai lu Le Vertige des falaises, il y a quelques semaines, et depuis je suis imprégnée par l’atmosphère de ce livre. Vous le dites bien : ce vent fracassant, les vagues qui frappent les falaises ; on s’y croirait presque ! Une très belle chronique ! 🙂

    Reply

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s