Victoire

Méfiez-vous des apparences, je ne suis pas (encore) un sportif de canapé. Certes, je suis affalé dans mon divan devant les filles de Roland-Garros mais je le mérite.

Ce matin, c’était moi qui me battais sur la brique pilée : premier match d’interclubs d’été en série open des plus de 65 ans. Au programme, un match de doubles avec Bill contre des adversaires coriaces, mieux classés que nous. Le soleil et le vent sont au rendez-vous. Il faut bien serrer notre casquette pour qu’elle ne s’envole pas. Échanges bizarres, pas évident de contrôler nos balles. Mais c’est pareil pour nos adversaires. Les rafales sont équitables, méchantes pour eux, vicieuses pour nous et les rayons éblouissent une fois les uns, une fois les autres. Le match est serré, pas très élégant, les conditions de jeu sont trop difficiles mais le fighting spirit est présent des deux côtés.

Premier set pour nous : 6-2. Ils n’ont pas bien joué, nous pas mal. Deuxième set pour eux : 6-4. Ils ont repris leurs esprits, nous avons perdu notre confiance. Pour nous départager, voilà le super tie-break c’est-à-dire le jeu décisif à dix points avec au mois deux points d’écart. Mons l’emportera finalement à l’arraché par 11 points à 9. Grrr… on est passés tout, tout près. Mais pas de regrets, on a fait de notre mieux.

En nous serrant la main, un de nos adversaires aura une belle parole : « À notre âge, peu importe le résultat, monter sur le terrain, c’est déjà une victoire ».

FullSizeRender.jpg

 

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s