Sous mon cerisier

On annonce de la pluie pour cette nuit et demain.

Le cerisier en fleurs, magnifique cette année, risque bien de les perdre. Elles sont déjà bien fatiguées, voilà une bonne dizaine de jours qu’elles éblouissent le jardin de leur blancheur. Et avec elles, frissonnent aussi sur leurs branches respectives les fleurettes blanches et roses des deux poiriers, du pommier et du mirabellier de mon petit verger. Mais pas de prunes Reine-Caude cette année – ni les prochaines – l’arbre a été décapité par la tempête de juin.

Par la fenêtre du living, j’admire le décor tandis que mon esprit vagabonde, en proie à la mélancolie. Mes petits-enfants sont rentrés chez eux. Après le foot sur la pelouse, les balades au parc, les jeux de Monopoly ou de Puissance 4, les bandes dessinées, retour au monde réel. La télé n’est plus branchée sur Ouftivi, les Schtroumfs ont rendu leur place aux Trump, Fillou & Cie. Et ça me file le bourdon. Et, je ne sais pas pourquoi, je sifflote une vieille chanson* nostalgique et joyeuse à la fois, anodine et pourtant révolutionnaire.

Et si j’allais faire un selfie avec mon pote en fleurs ?

* Le temps des cerises (interprété par, mélancolie oblige, Joan Baez)

IMG_5273.jpg

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s