Via, via Jean-Luc

Dans sa sublime chanson It’s wonderful, Paolo Conte chante “Via, via, vieni via di qui” ce qui signifie à peu près “Vas-t-en, casse-toi, tire-toi loin d’ici”. Je pense à ces mots en déjeunant avec Jean-Luc Walraff qui termine sa belle carrière de concepteur publicitaire et se barre en Toscane, loin du ciel capricieux de nos régions. Demain, il embarque avec ses deux chats, ses bouquins, ses textes de chansons, ses toiles, ses pinceaux, ses rêves et son ordinateur portable. Avanti alla pensione !

Il a voulu me dire au revoir et me demander quelques tuyaux pour l’utilisation de WordPress car lui aussi a l’intention de créer un blog (qui n’aura rien à voir avec le mien) un projet magnifique dont je ne dévoilerai rien, c’est à lui de lui faire, mais qui je vous assure ravira les amateurs de beaux textes et de musique.

Jean-Luc m’a fait le plaisir d’écrire il y a quelque temps que j’avais été sa première belle rencontre dans la pub. Moi aussi, j’ai eu beaucoup de plaisir à le connaître, à tel point que j’ai évoqué notre « première fois » dans un billet en 2016.

J’étais alors directeur de création chez Masius et un beau matin, j’ai trouvé dans mon courrier une enveloppe contenant une surprise amusante: « … Pas de lettre, seulement une photo. Un échalas BCBG tient une machine à écrire, une Erika rouge plate pour être précis, comme on porte un accordéon. Au verso, un titre «Si je connais la musique ?» et un texte sollicitant un job de débutant-apprenti-copywriter. »

C’était le jeune Jean-Luc qui voulait entrer dans la réclame. Très rapidement, il deviendra le plus grand concepteur-rédacteur du pays (… plus de 2 m de hauteur). Je ne vais pas raconter ici sa vie, il la raconte lui-même dans son livre Sous les jupes de la pub : la pub dévoilée (Ed. de l’Arbre). Non, je veux simplement lui souhaiter une retraite heureuse là-bas dans le sud où le temps dure longtemps, plus d’un million d’années, et toujours en été.

Un jour, un type m’a dit qu’on n’avait pas d’amis dans ce métier, parle pour toi lui ai-je répondu. Moi, j’ai la chance d’en avoir et Jean-Luc en fait partie. Allez camarade, buon viaggio et écris-nous encore de la bella musica avec ton accordéon azerty.

IMG_4984.JPG

 

8 thoughts on “Via, via Jean-Luc

    1. Michel Collart Post author

      Figure-toi qu’on a parlé de toi assez longuement, il ne savait pas que tu étais dans le commerce des pots en terra cota d’Impruneta. Contacté-le d’ici quelques jours, il sera supercontent 😉

      Reply
      1. Piero

        Merci Michel…Bonne nouvelle je vais le pister discrètement… Reste plus qu’à t’inviter lorsqu’on sera installés làbas…

  1. Fred Lambin

    C’est amusant de lire cette histoire de l’autre côté du soufflet, Jean-Luc l’avait racontée au stagiaire que j’étais un beau matin de 1995.

    Reply

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s