Ma femme me dit toujours…

Je ne parle jamais, ou alors très rarement, de Marie-Thérèse dans mes billets. Elle aurait horreur de cela. Comme dirait Columbo, « ma femme me dit toujours » de la garder hors de mes textes : elle est trop discrète, elle croit à l’adage « Pour vivre heureux, vivons cachés ».

Presque tous les soirs, d’ailleurs, elle se cache dans ce qu’elle appelle sa piaule, son repaire, son petit bureau-atelier où elle monte le chauffage à fond et voyage dans ses rêves d’aquarelles. Ses pinceaux font alors scintiller la neige sur les toits des chaumières, voler les canards sauvages au dessus de mares turquoise, souffler le vent de la mer dans les dunes, jouer des enfants près des ruisseaux et des saules-têtards, picorer des corneilles dans des forêts de bouleaux. Ses pinceaux transforment le monde en cartes postales.

Je ne suis pas sûr que je vais la laisser lire ce billet car elle me dira que j’exagère. Mais je ne le crois pas. D’ailleurs, si vous voulez vérifier, c’est facile : rendez-vous jusqu’au 15 mars au restaurant Da Mimmo 4, rue de l’Évêché à Nivelles. Une dizaine de ses aquarelles y sont exposées. Et si l’une d’ elles vous plaît, achetez-la. Jamais, Marie-Thérèse n’oserait vous dire ça. Moi, je le fais sans complexe : toute ma vie, j’ai écrit pour inciter à l’achat.

Mais cette fois-ci, je vous assure, je ne vous raconte pas de craques.

IMG_3921.jpg

Capture d’écran 2017-02-18 à 18.57.51.png

Capture d’écran 2017-02-18 à 18.58.17.png

Capture d’écran 2017-02-18 à 18.58.34.png

Capture d’écran 2017-02-18 à 18.58.45.png

 

 

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s