Chocolat amer

Avec lui, on n’est jamais déçu. Il ne vous oublie pas. À la fin du mois de janvier, rarement au début de février, il vous envoie ses vœux. Une longue lettre où il évoque des sujets qui vous tiennent à cœur : vos activités, vos biens, vos sous… Où il vous informe que ni l’État, ni votre Région, ni votre Commune n’ont oublié de vous envoyer une petite invitation. Une invitation à payer.

Le fisc, puisque c’est de lui qu’il s’agit, m’a envoyé son courrier annuel ce matin. J’ai été surpris de voir son enveloppe dans la boîte aux lettres car je m’étais dit que puisqu’aujourd’hui les gens pensent de moins en moins aux autres, il ne se souviendrait peut-être plus de moi, qu’il me négligerait, qu’il aurait peut-être jeté mon adresse à la poubelle. Mais non, on peut compter sur lui, il ne supprime jamais personne dans son groupe d’amis.

Il y a quelques mois, mon comptable avait fait le calcul des suppléments d’impôts que j’aurais à verser cette année. J’avais cru à une plaisanterie de mauvais goût et j’étais persuadé que jamais le fisc n’oserait me demander tout ça. Et bien si, on peut lui faire confiance, le fisc ose tout: il a même dépassé le montant que je croyais.

Quand j’étais petit et que les larmes me montaient aux yeux parce que j’étais fâché ou que j’avais mal, ma maman me donnait un morceau de chocolat : « Ça va passer » me disait-elle.

Là, j’ai bouffé un chocolat entier, un gros bâton au lait sucré. Pour faire passer la note salée.

IMG_3929.jpg

 

 

 

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s