Quel climat !

J’ai passé une bonne partie de ma journée d’hier dans le fond de mon jardin. Sous la pluie, parfois battante. Les gouttes chantaient en tombant dans l’étang, les canards rigolaient, les oies bernaches allaient et venaient. Je cassais du petit bois pour allumer le feu que j’aurai le bonheur de lancer chaque soir d’hiver dans ma cheminée. Il me reste encore quelques stères de bonnes bûches mais j’ai téléphoné à mon ami Rodolphe, vendeur de bois, pour qu’il m’en apporte d’autres afin d’être sûr de ne pas en manquer si jamais le printemps tarde à dégommer l’hiver.

Et puis, je me suis réfugié dans l’abri à bois, me suis assis sur le tas de rondins et ai croqué une des dernières pommes encore accrochées au pommier de mon petit verger. Avant, j’aurais fumé une bonne petite cigarette. Mais ça, c’était avant. J’ai bien dit « croqué » une pomme, merci à mon dentiste qui a bien fait son boulot la semaine passée, merci à moi qui n’ai pas empoisonné mes fruits avec des pesticides et insecticides.

Croquer une pomme propre et sucrée sous une drache automnale, c’est une définition du bonheur qui risque d’être bientôt obsolète. Ce qui justifie bien quelques énervements quand on voit comment certains se fichent de l’avenir climatique.

IMG_3117.jpg

 

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s