Par la fenêtre

Je prenais récemment un verre avec un ami au bout du rouleau. Sa femme souffre de l’Alzheimer et lui souffre de sa vie avec une femme atteinte de cette épouvantable maladie. Il me raconte l’inéluctable étouffement dans lequel s’enferme son quotidien.

– Tu sais, Michel, par moments je comprends ceux qui en arrivent à des gestes extrêmes, il m’est déjà arrivé de penser à me pendre

J’essaie de lui remonter le moral et le conseille un peu bêtement:

– Allons, P., avant d’en arriver là, as-tu vraiment épuisé toutes les solutions qui te permettraient de laisser de temps en temps ton épouse dans les mains de personnes attentionnées et compétentes et de te permettre ainsi quelques heures de répit ? Tu ne vas quand même pas te jeter par la fenêtre… ?

Il m’interrompt :

– Je n’ai jamais dit ça, j’ai dit « me pendre »

– Oh, ne joue pas sur les mots, « se jeter par la fenêtre » ou « se pendre », c’est pareil

– Pas pour moi, Mich, j’habite un rez-de-chaussée

Et on a éclaté de rire.

FullSizeRender[1].jpg

 

 

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s