Kultur

Je donnais hier mon premier cours de copywriting de cette année. J’aurais préféré écrire de conception-rédaction publicitaire mais ça ferait ringard.

Depuis de nombreuses années, on truffe nos textes de mots venus d’ailleurs. Qui, paraît-il, sonnent mieux et laissent croire que l’on enrichit notre culture. Seulement compris par quelques-uns, ils leur donnent l’impression d’en savoir plus que le commun des mortels.

Suivant le conseils des vieux maîtres du copywriting, je disais hier aux étudiants qu’il est recommandé au contraire d’écrire simplement, de la manière la plus compréhensible par le plus grand nombre. Évitez le charabia, le franglais et autres langages ésotériques. Utilisez le moins de mots possible mais plutôt les mots justes.

En ouvrant le journal ce matin (pas une gazette spécialisée mais le Metro de Monsieur et Madame Toutlemonde), je suis tombé sur cette présentation d’un nouvel album d’un « sombre chanteur danois » (déjà ça fait peur !) : « Si le natif de Copenhague a souvent effleuré les dancefloors par une musique teintée de minimal house, d’électro et de new wave, c’est de cold wave et de post-punk dont il est question ici… »

Je crois que je ne l’achèterai pas, car en un mot bien de chez nous, j’ai surtout compris de ce texte qu’il est question ici de musique chiante.

IMG_2833.JPG

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s