Hé gamin !

Malgré les apparences, les vieux joueurs de tennis sont des gamins. D’accord, leurs réflexes ne sont plus tout à fait ceux d’un petit jeune de 15 ans et leurs articulations grincent dans l’effort. Mais dans leur crâne bien souvent chauve, ils ont plutôt 7 que 77 ans.

Regardez-les sur le terrain ce matin. Ces deux-là qui à chaque fois qu’ils réussissent un point se tapent dans la main, ils font un “high five” me dirait mon petit-fils Awen. Et puis écoutez celui-là qui se lamente, on croirait qu’il va pleurer comme un enfant gâté, parce que cette vilaine petite balle jaune a rebondi sur la latte du filet sous son nez ou parce qu’elle est tombée juste sur l’extérieur de la ligne contre lui, bien sûr “c’est à toujours à moi que ça arrive, c’est pas juste”.

Et puis, il y en a un en particulier qui a gardé son caractère de sale gamin. De ket emmerdeur. Il était déjà connu pour ça quand il était jeune joueur et écumait les tournois et les interclubs de la région, il avait l’art de déstabiliser ses adversaires par des petits commentaires cinglants à chaque changement de côté. Il a toujours cette habitude aujourd’hui et moi, ça me fait plutôt rire. Ce matin, j’ai eu droit de sa part à “tu as beaucoup de chance” ou “ce n’est pas toi qui gagnes, c’est moi qui joue mal” mais la remarque la plus rigolote est venue à la fin du premier set que Pierre et moi venions de gagner sur le score imparable de 6-2. Il nous a dit en rigolant (jaune) : “vous ne l’avez pas mérité, je parie qu’avec ses tendinites, Michel est drogué”.

Ben oui, je suis drogué. Comme tous les vieux gamins qui m’entourent. À notre âge, on prend tous des quantités de pilules et de cachets. Certains se font même piquer ou suivent des séances de rayons. On a beau être des jeunes dans notre caboche, on a soit trop de cholestérol, soit des métastases, soit des vertiges, soit encore des douleurs et des raideurs. Si on devait pisser dans des éprouvettes comme les couleurs cyclistes, je ne suis pas sûr que certaines n’exploseraient pas.

Mais dès que l’on court après une baballe, it’s magic, on oublie nos petits ou gros bobos et on redevient un petit garçon.

Pas forcément mignon.

IMG_1691.jpg

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s