Marin d’eau douce

Ma voiture est au garage pour le remplacement des pneus. Je pensais que cela ne prendrait qu’une demi-heure mais il y a du retard dans l’atelier. « Il faudra prendre patience pendant une heure » me dit l’employée de l’accueil.

Le temps est plutôt beau, je vais aller marcher le long du canal. Le paysage n’est pas des plus poétiques sur l’autre rive avec les terrains vagues de l’ancien arsenal et le parking du grand magasin Carrefour. Mais je vais quand même emprunter la passerelle de béton pour aller prendre l’air de ce côté pour ne pas pesteller ici au bord de la route près de la pompe à essence.

J’ai donc une heure à combler avant d’aller retrouver Georges, Alain et François, trois vieux pirates avec lesquels j’ai navigué quelques années et plus sur les eaux troubles de la réclame. Je m’arrête au sommet du pont, me penche au dessus de la rampe, regarde l’eau grise et soudain ce n’est plus un pont mais un navire, un parapet mais un bastingage, un canal mais la mer, un piéton mais un capitaine au long cours.

Les yeux dans les vaguelettes, je rêvasse, suis content de revoir mes copains tout à l’heure et me promets de ne pas monopoliser le crachoir comme à mon habitude.

Mais je crains le pire car comme disait Francis Blanche dans les Tontons Flingueurs «c’est curieux chez les marins ce besoin de faire des phrases ».

IMG_0831 (1).jpg

 

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s