2016 mensonges ou vérités ?

” Il y a quelqu’un d’autre dans ta glace – Entre les potions et les crèmes…”

Francis Cabrel m’accompagne sur la route du retour de Bruxelles après une après-midi avec un copain et quelques shots de vodka. Pas vraiment une bonne idée ces culs secs d’Absolut ou d’Eristoff quand on est sujet aux migraines et aux attaques d’otholites. Demain samedi, c’est sûr, j’aurai mal au crâne. En attendant, j’écoute cette belle chanson Partis pour rester qui évoque si bien la transformation qu’exerce le temps qui passe sur nos rêves et nos envies.

Toute l’après midi, mon ami m’a parlé de projets, de présentations-business, de “coups” à réaliser, d’argent à gagner… bref, de trucs qui m’intéressaient avant. Mais ça, c’était avant. Aujourd’hui, comme le chante Francis, il y a quelqu’un d’autre dans ma glace : tout ça, ce n’est plus pour moi.

Mais qui suis-je, en fait ? Qui suis-je devenu ? Cette question, on se la pose tous et on n’a pas la réponse. Notre vie est-elle une histoire vraie, un rêve, un cauchemar, une fiction ? Souvenirs-réalités ou mémoire virtuelle dans nos albums-photos ?

Cette question me travaille depuis que j’ai terminé, il y a quelques jours, la lecture du roman génial de Delphine de Vigan D’après une histoire vraie (éd. JC Lattès). Un récit machiavélique mêlant le vrai et le faux, le témoignage et l’irréel pour illustrer la difficulté d’écrire et toucher à l’essence-même de la littérature, cet enfer devant des pages blanches qu’il faut noircir. Pour y parvenir, l’auteure entremêle sa vie telle qu’elle est et son imagination telle qu’elle ment. Et nous balade par le bout du nez entre roman-réalité et thriller-fiction.

Mais la vraie vérité, c’est quoi au juste ? Existe-t-elle ? Tout regard n’est-il pas un mensonge ? Beau ou moche, c’est selon ?

J’arrive aujourd’hui à mon billet n° 2016. Un prétexte comme un autre pour un petit flash- back personnel sur quelques textes passés, pris au hasard. Une fois qu’ils sont dans le “cloud”, je ne les relis plus, ou alors très rarement. Mes billets sont par définition éphémères puisque liés au quotidien. En les feuilletant aujourd’hui, j’ai l’impression que ce n’est pas moi qui les ai écrits ces petits bouts d’histoire et d’humeur, qu’ils appartiennent à une autre vie que la mienne. J’ai le même sentiment quand je regarde les  photos dans les albums et les boîtes à chaussures. Je les trouve souvent fausses, comme truquées. La “vraie” vie est généralement en dehors de ces clichés de vacances, de ces sourires de carte postale. La “vraie” vie est hors du cadre et de la lumière. La vérité est ailleurs. “L’autre vérité”  disait une chaîne télé dans ma jeunesse. Réalité ou mensonge, ce n’est bien souvent qu’une question de points de vue, de mots, de billets ou de romans. Lisez celui de Delphine de Vigand, vous ne le regretterez pas.

Lisez aussi les livres de mon ami Eric Neirynck qui comme beaucoup d’écrivains se battent comme des dingues pour être édités. Eric s’interrogeait hier avec découragement sur sa page Facebook : “À quoi bon écrire des livres qui ne se vendent pas ? ” Je lui répondrais, même si ça ne rapporte pas un rond, que cela sert à trouver – mieux à s’inventer – “sa” propre vérité.

Comme je l’ai écrit au début de ce billet, mon samedi a effectivement été migraineux et vestibulaire. Pour essayer d’évacuer mes maux de tête, je me suis promené dans les ruelles du Vieux Namur où j’ai photographié cette chaise-poème créée par Hélène Dorion, une artiste québécoise. Elle porte ces jolis mots : “Qu’importe si des milliers de phrases meurent comme des flammes. Il existe un bout du monde qui trace la route vers soi”. Je te les dédie, mon cher Eric. Et à moi aussi qui n’écris pas des billets pour les vendre (j’ai, Dieu merci, vendu assez de textes dans ma vie) mais pour les offrir à ceux qui veulent bien les lire. Quant aux autres, ils peuvent s’asseoir dessus. Comme sur la chaise-poème d’Hélène Dorion d’ailleurs.

FullSizeRender.jpg

 

 

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s