Mémoire courte

Il n’y a pas si longtemps, il était encore étudiant. Brillant. J’ai été le promoteur de son travail de fin d’études, je l’ai accompagné, aidé et soutenu du mieux que j’ai pu. Il a cartonné au jury. Il était fier de lui. Et moi aussi.

Et puis, il est parti dans la vie, sans me dire au revoir, sans me dire merci. Pressé de s’envoler sans doute. Bof, chaque année c’est pareil, pas mal d’étudiants s’en vont sans un mot, sans un regard, sans un signe, j’oublie leurs noms, that’s life comme chante Frank Sinatra.

Et cette année, j’ai appris par hasard qu’il vivait maintenant de l’autre côté de l’Atlantique où un stage l’avait mené dans une agence ou un bureau de production. Il s’est installé là-bas. Et je me souviens que nous avions quelquefois discuté de carrière internationale, que je lui avais donné des adresses et raconté un peu ma vie professionnelle canadienne.

À la demande d’un mes étudiants actuels désireux de s’expatrier là-bas, je l’ai contacté, via son profil Facebook, pour qu’il le tuyaute et lui donne des conseils de « grand frère ». Il est sans doute maintenant très occupé, très important. Trop ? Il ne m’a jamais répondu.

Il n’y a pas si longtemps, lui était encore tout jeune réalisateur de cinéma. Il venait de terminer son premier court métrage. Il avait une bonne vingtaine d’années. Moi, j’étais sur des projets de pub compliqués. Mais avec mes partenaires, nous avions été parmi les premiers pubeurs à faire confiance à ce jeune cheval fou. Et nous ne l’avons pas regretté. Il nous a réalisé quelques spots de qualité. Pendant les tournages, nous avons partagé de nombreux moments riches, oserais-je dire d’amitié, en tout cas de complicité. Grâce à ces pubs, et plein d’autres ensuite, il a en toute logique récolté pas mal d’argent et d’expérience et a pu se consacrer à son premier long métrage. Il est devenu depuis un réalisateur de talent confirmé et de renom.

Un de mes anciens étudiants, fou de cinéma, ayant vu  que nous étions « amis » sur Facebook m’a demandé de servir d’intermédiaire pour une rencontre avec ce cinéaste désormais in the mood. J’ai promis d’essayer mais sans garantie de résultat. Je n’ai plus de contact avec lui depuis quelques années mais lui ai envoyé un message personnel dans lequel je ne demande rien. Quasi rien. Je lui dis simplement qu’un jeune aussi passionné que lui au même âge (… et doué), voudrait le rencontrer. Pour parler, échanger, s’enrichir. Comme tous les gars de vingt ans, il est impatient, c’est donc terriblement urgent.

Le réalisateur est very busy. Sans doute trop. Il ne m’a pas (encore) répondu. J’attends mais…

quote-la-reconnaissance-a-la-memoire-courte-benjamin-constant-198545.jpg

 

 

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s