Leçon à l’index

– Tu vas voir, Awen, c’est dingue ! Tu n’imagines pas ce que mon copain Alain est capable de dessiner avec son index magique sur l’écran de son iPhone !

– Comment ça, dessiner sur son iPhone ? Il a un secret ?

– Oui, il possède évidemment un programme graphique sophistiqué mais il le maîtrise tellement bien et d’une manière si personnelle qu’il peut exprimer tout son talent dans des portraits, des paysages ou des dessins de BD. Quand on sera à son expo, tu lui demanderas s’il veut bien te donner des explications mais peut-être qu’il ne voudra pas dévoiler ses trucs.

Pour remonter le moral que j’avais dans les talons ce matin, je suis allé me balader avec l’aîné de mes petits-fils. Après un spaghetti pour lui et unstoemp-saucisse pour moi dans un petit resto du Sablon, promenade dans les rues d’antiquaires avoisinantes et ensuite, clou de la journée, visite de l’expo de mon ami Alain Godefroid, artiste-peintre-illustrateur digital.

Quand nous arrivons chez Alain, Awen s’intéresse d’emblée aux œuvres exposées et demande à l’artiste s’il veut bien révéler sa technique. Je n’ai pas le temps de lui dire que c’est confidentiel qu’Alain lui prête son iPhone et lui montre quelques astuces du bout de son doigt génial. Aussitôt, Awen s’entraîne et complète joliment une base esquissée par le Maître. Pendant que l’élève travaille, les deux vieux copains papotent dans un coin de la galerie. Au bout d’un certain temps, Awen nous montre son « œuvre » en précisant

– C’est un peu asiatique, non ?

C’est vrai que le dessin a un côté zen. D’ailleurs, si le jeune créateur m’y autorise, je l’utiliserai bien en en-tête de mon compte Facebook. Avant de partir, Awen fouille encore les boîtes débordantes de dessins et trouve que tout cela « n’est pas mal ». Une fois dans la rue, nous discutons de l’expo. Awen a vraiment bien apprécié, surtout un dessin représentant César, le chien d’Alain, ainsi qu’un paysage d’hiver mais il a une petite remarque:

– Tu ne trouves pas qu’il demande un peu cher pour un dessin, papi ? 

Je lui réponds que non, qu’il passe de longues heures à les réaliser et surtout que le talent, ça se rémunère.

– Oui, mais 100 EUR pour un dessin, c’est beaucoup, moi je n’ai que 23 EUR dans ma tirelire, hein ! Et il ajoute, en rigolant : Dis papi, tu voudras bien m’imprimer mon dessin en plusieurs exemplaires ? Un pour moi… et quelques uns pour vendre à mes amis.

– Oui , OK, mais je pourrai quand même l’afficher sur mon compte Facebook ?

– Évidemment, et pour toi c’est gratuit, t’es mon papi.

IMG_9803.JPG

IMG_9807.JPG

IMG_9808.JPGIMG_9812.JPG

3 thoughts on “Leçon à l’index

    1. Michel Collart Post author

      On va absolument remédier à cela au plus tôt. En attendant de nous rencontrer, je te souhaite une bonne et heureuse année commençant par un beau voyage avec L’Ain. Bises à vous deux, Mich 😉

      Reply
  1. Pingback: Perles de vacances (6) | Michel Collart

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s