Farceur

Mon frère Jean-Pierre était un farceur, un taquin. Un « taquineur » disait ma mère. Il l’a encore démontré ce matin, même s’il est passé, il y a peu de temps, de l’autre côté de la vie.

Alors que je lui rendais visite dans son beau petit cimetière perdu dans la douce campagne qu’il aimait tant, la pluie m’est soudainement tombée dessus comme un raz de marée. En trois secondes, j’étais trempé comme une lavette. Sous le déluge, impossible de m’abriter : pas un arbre, pas un auvent, pas une chapelle ouverte aux alentours. J’ai donc couru à travers flaques et rigoles dans les chemins de terre et de graviers entre les tombes pour rejoindre ma voiture dans le petit parking désert et inondé face à la grille d’entrée.

Au moment où j’ai ouvert la portière, la pluie s’est arrêtée d’un coup et je crois bien que j’ai entendu des éclats de rire dans mon dos.

images

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s