Bonne fête

Je ramasse les jouets qui traînent, et parmi ceux-ci un puzzle qui me rappelle qu’aujourd’hui, c’est notre fête nationale. La fête de la Belgique, ce pays constitué de pièces détachées, qui peuvent être imbriquées de manière plus ou moins compliquée pour faire un tout, montable et démontable à souhait.

Un multi-pays que j’aime bien, en fait. Un peu par chauvinisme probablement, mais surtout parce que c’est un pays caméléon, qui ne marche pas au pas, qui ne se la pète pas, qui n’idolâtre pas ses couleurs (elles ne sont pas très sexy à vrai dire), un pays qui ne fait pas de son nez, bref un pays qui ne se prend pas pour une nation.

Non, ce que j’aime dans mon pays, ce sont les gens, leur caractère, leur bonne humeur sous une bougonnerie ou timidité apparente. Leur humour aussi, leur façon de ne pas se prendre au sérieux, leur manque d’orgueil. Je n’ai pas passé beaucoup de 21 juillet en Belgique, j’étais quasi toujours à l’étranger, en vacances ou pour le travail. Mais ce qui m’a frappé, où que je sois, c’est cette bonhomie des Belges qui se retrouvaient, par hasard le plus souvent, au bar de l’hôtel pour boire un verre à la santé de leur pays. De la bière bien sûr avec quelques frites molles et grasses (puisque ce n’était pas chez nous). Les familles flamandes se mettaient alors à parler français avec les Carolos et les Liégeois qui baragouinaient à peine trois mots de néerlandais. Sans faire de tralala, sans agiter de drapeaux, sans chanter d’hymne national la main sur le cœur. D’ailleurs qui connaît les paroles de la Brabançonne, à part quelques Diables Rouges et Marc Wilmots ?

Et le lendemain du 21 juillet, les Belges de l’hôtel se disaient bonjour à la piscine mais, ouf, de loin et ne groupaient pas leurs parasols et leurs transats pour créer un coin national.

C’est ça que j’aime chez mes compatriotes (du moins la plupart encore en tout cas), cette absence de fierté nationale, d’appartenance à un mouvement identitaire, de haute idée de soi et de l’État. Et la solidarité nationale là-dedans, elle est où ? Elle est dans la vie de tous les jours. Du moins jusqu’à présent, et j’espère – humour belge ? – que cela va durer encore longtemps.

Allez, une fois, bonne fête nationale (pas nationaliste, hein !) à tous.

photo

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s