Verdict ?

Dès dix heures ce matin, je suis sous le soleil exactement, pas à côté, pas n’importe où, sous le soleil, sous le soleil exactement, juste en dessous. Et il tape déjà fort ! Je le sens griller ma nuque à travers ma casquette et mes épaules à travers le T-shirt. Sortez couvert si vous affrontez le cagnard. Comme je suis une personne âgée, j’ai bien écouté les consignes anti-canicule, faut dire qu’on nous les répète toutes les cinq minutes à la radio, à la télé, dans les journaux et même par SMS … ah ! cet Alzheimer !

Donc, je respecte les conseils : 1. Ne pas m’exposer au soleil sans me couvrir au préalable. 2. Bien m’hydrater (j’ai ma bouteille d’eau à portée de la main). 3. Bien aérer la pièce où je me trouve (comme je suis au jardin, ça devrait aller). 4. Ne pas rester isolé (je suis avec mon petit Max et Moustache son chat). Ce n’est pas une trentaine de degrés qui va arrêter notre équipe, on a prévu depuis longtemps de cueillir les groseilles du jardin de Max aujourd’hui, on respectera donc le planning. Il nous faudra près de deux heures pour dénuder la moitié des groseilliers et presque remplir un grand seau.

Après-midi, opération « gelée ». Un mot qui fait du bien par ce climat tropical. D’abord égrener les groseilles (avec une fourchette, c’est facile mais Dieu que c’est long et fastidieux). Ensuite, les précuire, les presser, récolter le jus, le peser, le transvaser dans une grande casserole et porter à ébullition. Ajouter du sucre (800 gr pour un kilo de jus), laisser cuire à gros bouillons pendant une dizaine de minutes, touiller et verser dans les pots bien lavés à l’eau bouillante.

Laisser refroidir les pots. S’éponger le front. S’hydrater (pas seulement avec de l’eau, la température extérieure autorise l’ajout d’un peu de jaune et de glaçons). Tremper le doigt dans une cuiller de gelée encore tiède. Goûter. On a dit « goûter » pas « lécher ». Attendre l’avis du Top-Chef. Froncement de sourcils. Silence. « Allez Max, arrête ton cinéma, elle est comment la gelée de groseilles de ton jardin ? ». « Euh…papi… je dirais… euh… vraiment-super-trop-bonne ».

Ouf ! Mission accomplie. Réhydratation méritée.

photo[3] photo[2] photo photo[1]

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s