Cyclisme propre

Le 7 juillet, le Tour de France passera par Pont-à-Celles. Quelle affaire ! Imaginez : près de 2000 véhicules – c’est ce que j’ai lu quelque part – vont traverser ma commune en une après-midi : des motos de police, des voitures de journalistes, des camions publicitaires, des camionnettes d’équipes cyclistes, des cars de suiveurs et des coureurs bien sûr. Mais d’après les infos communales et les panneaux routiers, pas question de laisser passer les autos des habitants et des touristes dans l’entité. Normal, sécurité oblige ! Alors, si tu veux aller voir le grand cirque roulant, tu n’as que deux solutions : tu y vas à pied ou à vélo.

Comme j’habite quand même à quelques kilomètres du centre, j’ai demandé à Awen, mon petit-fils, d’amener sa bicyclette, nous pédalerons pour aller supporter les champions. Je sais que son vélo est en ordre, Awen est un fervent sportif : vélo, trottinette ou skate font partie de son quotidien. Moi, euh… c’est différent. Mon vélo-tout-chemin fait surtout du garage. Il n’en est sorti qu’une fois cette année, il y a une semaine, pour aller repérer – à grand peine – l’itinéraire que suivra le Tour de France dans Pont-à-Celles et en particulier le tronçon pavé. Mes muscles fessiers s’en souviennent encore. Pour cette petite balade, un regonflage des pneus et un dépoussiérage minimum avaient suffi. Mais pour le Jour J, il faut qu’il soit nickel ! Pas question d’accompagner Awen sur un vélo dégueu, il ne le tolérerait pas d’ailleurs. Donc un nettoyage approfondi s’imposait et je l’ai exécuté ce dimanche matin.

Dépoussiérage et dégraissage dans les moindres recoins, rayon des roues par rayon. Huilage de la chaîne, de chaque roue dentée du dérailleur, des freins, des moyeux des roues et des pédaliers. J’ai même dû déloger une araignée qui avait établi son quartier général dans la petite sacoche à outils attachée au guidon. Cette corvée, je l’ai accomplie en sifflant alors que quand j’étais petit, je râlais quand mon père me l’imposait. Quand j’ai eu fini, hop, d’un saut j’ai enfourché la bête et ai fait le tour du village sous le beau soleil de ce dimanche.

Le vélo est bien décrassé… il ne reste plus qu’à dérouiller les jambes du papi, et ça, ça risque d’être un sacré gros boulot !

photo

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s