Les caravanes passent, le maire aboie

Quand on remonte l’autoroute du Sud au Nord de la France, on est à chaque fois sidéré par la quantité de caravanes hollandaises lourdes et lentes et que l’on doit suivre et tenter de dépasser entre les camions. Mais que trimballent-ils donc à leur retour ces Hollandais ?

Ils ont quand même tout consommé ce qu’ils avaient apporté à l’aller, non ? Leurs pommes de terre, leurs bacs de bière, leurs paquets de fromages, leurs boîtes de lait, leurs conserves de « stamppot», leurs pâtes, leurs « biefstukken » surgelés ou leurs bocaux de « stoofpeertjtjes », … tout ça, ils l’ont avalé quand même. Et leurs armoires, leurs coffres, leurs garde-mangers doivent être vides et leurs véhicules légers à la fin des vacances. Mais non, ils se traînent dirait-on encore plus pesants et plus poussifs.

Un ami du Gard m’a dit pourquoi, mais ne le répétez pas. Le maire d’un petit village de là-bas, envahi chaque été par les touristes hollandais qui occupent un camping dans sa commune sans y dépenser le moindre euro (et avant cela, pas le moindre florin pendant des années), aurait craqué. Quand il apprit que le magasin du camping se faisait ravitailler chaque semaine par un camion apportant des denrées directement des Pays-Bas, la coupe de sa patience aurait débordé. Il aurait alors interdit à ses services communaux de ramasser les poubelles des campeurs et auraient obligé ceux-ci à les ramener chez eux à la fin de leur séjour.

Une idée qui a dû plaire à d’autres maires car j’ai trouvé les caravanes NL encore plus lentes cette année que les autres.

images

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s