Sauvé !

À l’automne dernier, Sébastien mon jeune voisin docteur ès jardins m’avait dit d’y aller sans hésiter : « Si tu veux sauver ton vieux poirier, il n’y a qu’une solution, il faut couper tous ses membres malades et tumeurs pourrissantes. » (voir Sauvetage à la tronçonneuse).

J’ai donc huilé ma tronçonneuse et mes biceps, respiré un grand coup et ai attaqué l’opération avec méthode et concentration. Et optimisme, aussi. Pas évident, en effet, de croire qu’avec toutes ces branches au sol, l’arbre nu allait retrouver une nouvelle vie. « Fais-moi confiance, m’avait dit Sébastien, au printemps tu le verras à nouveau bourgeonner comme un jeune arbrisseau ».

Depuis déjà quelques semaines, je vais donc voir quasi chaque jour si j’ai eu raison d’écouter mon horticulteur de voisin. Et ce matin, enfin !

Enfin, j’ai vu les premiers bourgeons éclater sur la petite ramure épargnée. La vie est là et bien là. Verte et fraîche, encore blottie dans de petites boules de feuilles qui demain ou après-demain s’épanouiront au soleil.

Tailler, élaguer, sectionner, trancher, émonder,… bref couper, c’est sauver.

Capture d’écran 2015-04-16 à 13.48.36

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s