Qui casse les c… de qui ?

Allez pour une fois, un petit billet polémique.

Je suis croyant. Pas tous les jours, mais ça m’arrive. Parfois, je suis même religieux. Mystique. Ça dépend des jours. Des endroits où je me trouve. Des gens qui m’entourent. De la couleur du ciel. De mon humeur. De mon état de santé. Du sourire de ma femme, de mes enfants, de mes petits-enfants. Bref, comme des millions, des milliards d’individus sur cette terre, je crois au surnaturel. Au spirituel. Disons le tout net, je crois en Dieu. Même si je ne L’ai jamais vu, je veux imaginer qu’Il existe. Et il m’arrive de Le prier.

Et comme des milliards d’autres croyants – la grande majorité même – je n’emmerde personne avec ma foi, mes superstitions ou mes balivernes, appelez-ça comme vous voulez. Je ne prêche pas dans la rue, je ne fais pas de prosélytisme, je n’émets pas de jugements. C’est bien simple, je ne parle jamais de cela ou alors si peu. J’essaie cependant, dans la mesure du possible – mais bientôt cela deviendra de l’impossible – d’accorder mes comportements à mes convictions. Voilà c’est dit. Et maintenant, vous pouvez ricaner, me balancer des noms d’oiseau ou me dire bravo, je m’en fous comme de ma première communion.

Mais il y a un truc qui commence à me courir sur le haricot, c’est ce haro permanent sur les «religions » sans distinction. Parce que des extrémistes commettent l’extrême en se revendiquant de textes dits sacrés, l’ensemble des fidèles – quel que soit leur credo – sont de plus en plus logés à la même enseigne. Celle de fauteurs de troubles, d’empêcheurs de tourner en rond, de connards-ringards-ignares responsables de toutes les dérives du monde.

Et ceux qui ne croient en aucun dieu, ne se privent pas de les moquer, de les ridiculiser voire de les insulter. Et ils en ont parfaitement le droit. Liberté d’expression oblige. Mais en réponse, les croyants comme moi ont tout aussi le droit d’exprimer leur ras-le-bol devant leurs grosses vannes et leur suffisance. Quand je vois et que j’entends Bedos Jr dans son numéro-démago d’hier soir, j’ai parfaitement le droit de lui dire que lui aussi me casse les couilles.

Et je le dis !

Nicolas Bedos ONPC 08 01 15

Capture d’écran 2015-02-08 à 18.08.26

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s