Eau pure et Ricard

L’après-midi est belle, le soleil rebondit en petits éclats joyeux sur la pierre grise des maisons du village. Les cheminées envoient de grosses bouffées de fumée blanche qui décorent le ciel bleu de troupeaux de moutons silencieux. La promenade dominicale est paisible et propice à la méditation, j’aime l’odeur des feux de bois que l’on devine crépiter derrière les murs épais ainsi que la musique rassurante de la rivière et le rythme de nos pas sur le chemin qui mène à l’abbaye. Nous y boirons un café brûlant ou une bière brune et ensuite irons flâner dans le calme de la librairie.

Au grand rayon « Spiritualité », je lirai mi- crédule – mi- sceptique quelques quatrièmes de couverture évoquant les mystères de la Foi ou les vies exemplaires de Saints et de Prophètes, mais aussi des réflexions philosophiques loin des dogmes religieux. On n’est pas ici dans une boutique qui ne vendrait que des catéchismes et des livres d’auteurs qui trempent leur plume dans l’eau bénite.

Je m’attarde sur un essai qui pose une question plus cruciale et lancinante que jamais en ce début d’année : « Croire en Dieu est-il absurde ? » *. La quatrième de couverture annonce que l’auteur « a choisi d’interpeller directement, par des lettres personnelles, quelques-uns de ceux dont la pensée ou l’action a été, dans l’histoire, la plus marquante à propos de l’existence de Dieu, qu’ils en aient admis ou contesté la possibilité : Ponce Pilate, Freud, Nietzsche, l’apôtre Thomas, Pascal, saint Thomas d’Aquin, Job, saint Augustin, Satan, Descartes, saint Jean Chrysostome. Saint Paul… et Dieu lui-même! »

À force d’entendre et de lire aujourd’hui que la Foi est affaire de « cons », j’ai bien envie d’acheter ce livre, mais mon regard est attiré par un autre. Qui me semble plus nécessaire, plus urgent. Son titre « Plaidoyer pour l’altruisme – La Force de la bienveillance »**. C’est quoi ces mots démodés ? Qui ose encore écrire ce genre de sucreries ? Un curé nunuche, un enfant de cœur, une sœur sourire ? Et bien, non : c’est un docteur en génétique cellulaire et moine bouddhiste tibétain, dont l’expérience, comme il l’écrit dans les premières pages « s’est constituée au confluent de deux grandes influences : celle de la sagesse bouddhiste de l’Orient et celle des sciences occidentales ». Dans une brique de plus de 1000 pages, Matthieu Ricard tente de démontrer, preuves scientifiques à l’appui, que dans ce monde où règnent l’égoïsme et le cynisme, l’altruisme est la seule solution pour redonner du sens à nos vies.

En revenant vers la voiture, ma main serre dans ma poche le gros volume de Ricard, et quand je traverse le petit pont sur la rivière, je regarde couler l’eau pure et m’interroge : « Croire en l’Homme, est-il absurde ? »

photo

* Croire en Dieu est-il absurde ? – Emmanuel Belluteau – Éd. Salvator

** Plaidoyer pour l’altruisme – la Force de la bienveillance – Matthieu Ricard – Éd. Pocket

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s