Neige à Noël (petit conte)

Il était une fois un soir de Noël moche, gris, pluvieux.

Quelques gouttes ruisselaient sur les carreaux du n° 17 de la rue du Sapin où vivait Joseph, un vieux Monsieur qui ne sortait jamais de chez lui. Personne dans le village ne le connaissait. On le voyait bien parfois prendre sa vieille Toyota pour aller faire ses courses, on lui adressait bien parfois un bonjour de loin auquel il répondait à peine. L’homme vivait à l’écart des gens, recroquevillé dans sa solitude.

En cette veille de Noël, la rue scintillait tristement de ci de là, éclairée par quelques réverbères qui se reflétaient sur le macadam trempé et par les loupiottes des rares guirlandes pendouillant aux façades.

Joseph, lui, ne fêtait pas Noël. Noël est une fête de famille, de bonheur, de partage. Alors, quand on est seul, Noël c’est du pipeau, du rien du tout, du n’importe quoi. Joseph faisait comme d’habitude. Comme hier, avant hier et probablement demain, il était penché sur son ordinateur, à la recherche d’un semblant de contacts. Il surfait sur les réseaux sociaux, comme on dit, bien qu’ils soient surtout asociaux. Il passait d’un statut haineux à une info guerrière, d’une blague méchante à une calomnie odieuse. Cela ne lui plaisait pas trop, mais il n’avait rien d’autre pour se donner l’illusion d’être connecté aux autres, pour oublier qu’il était seul au monde.

Soudain, son ordinateur tomba en panne et son écran se remplit de neige. Il alluma alors la radio posée sur sa table pour combler l’insupportable silence. Mais le poste n’émit que quelques grésillements. Il se leva de son fauteuil de bureau pour aller allumer le téléviseur, mais celui-ci aussi n’émit que quelques grésillements et son écran se remplit de neige.

C’est alors qu’on frappa à la porte de la maison. Joseph l’ouvrit, c’était René son voisin détesté auquel il n’adressait plus la parole depuis qu’ils s’étaient disputés il y a 20 ans pour une question de mur mitoyen. René avait une bouteille de vin à la main. « Est-ce que ta télé est aussi en rac ? Si c’est une panne de réseau, j’ai pensé qu’on pourrait peut-être faire la paix et boire un verre ensemble, c’est quand même Noël, non ? » Joseph fit entrer René et alla dans la cuisine chercher un tire-bouchon et deux verres.

C’est alors qu’on frappa une seconde fois à la porte. Joseph se retrouva maintenant nez à nez avec une bande de joyeux lurons. Les habitants de la rue, privés d’écrans, s’étaient réunis pour faire la fête ensemble et n’avaient pas oublié d’y faire participer le vieil homme seul. Joseph fit entrer tout le monde.

C’est alors que le téléphone sonna. « Allo, Joseph ? Ici, c’est Marie. Mon ordinateur et ma télé sont en panne et je suis horriblement seule. Depuis qu’il est grand, notre fils n’a plus le temps de venir chez sa mère pour le réveillon. Je n’ai plus que toi, même si je t’ai quitté il y a si longtemps. Est-ce que je peux revenir à la maison ce soir ? ». Joseph dit oui, alluma son feu ouvert et éteignit ses écrans.

C’est alors que la pluie cessa de ruisseler sur les carreaux et que des flocons se mirent à tomber. Quand Marie arriva enfin, toute la maison était en fête et les fenêtres couvertes de neige.

Joyeux Noël à tous et moi aussi, j’éteins mes écrans pour quelques jours.

photo

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s