Grosses taxes

Courage, fuyons ! L’armée des brosses et aspirateurs débarque dans le living. Il ne me reste qu’à plier mon portable et à vider les lieux. Comme j’ai une heure devant moi avant de monter sur le terrain de tennis comme tous les mardis matin, je vais trouver refuge au Lunch Garden du coin, le seul établissement ouvert à cette heure à part le Pain Quotidien de plus plus difficile d’accès à cause des difficultés de parking. Allez hop, une couque au chocolat, un café et une gorgée de Coca pour le sucre et le tonus avant d’affronter Pierre, Jacques, Luc, Bill et les autres mousquetaires de la raquette.

Un petit coup d’œil sur une gazette qui traîne sur la table voisine et là, qu’est-ce que je lis ? Qu’il est question de peut-être taxer la « malbouffe » et d’en limiter voire interdire la publicité. Ça y est, je me sens de nouveau un salopard, moi qui pendant des années ai commis des pubs pour des barres chocolatées dont le célèbre Mars pour lequel j’avais pondu le slogan « Un Mars par jour, en forme toujours ». Ouf, c’était il y a trois siècles. Si j’étais coupable du même crime aujourd’hui, je risquerais au moins la prison à perpétuité.

Non mais, je rêve. On va vraiment taxer la consommation de nos célèbres paquets de frites ? Et de la « ploche » de mayonnaise qui les accompagne ? Et les fricadelles aussi ? Et on va aussi alourdir les impôts des parents qui glissent un Petit Prince au chocolat dans les cartables au lieu d’une carotte râpée ? Il va falloir trouver quelqu’un pour expliquer ça à Awen, Maxime et Cyril. Pas moi, en tout cas.

Et si au lieu de taxer la malbouffe, et de nous dire et interdire sans arrêt ce qu’on peut faire et pas faire, si on taxait directement tous les gros. Si les flics faisaient des contrôles des poids – des « kilo-tests » – à la sortie des McDo et autres restos qui font grossir, ce serait plus efficace, non ? Ce serait mieux pour la beauté de l’environnement aussi. Plus d’obèses dans le paysage, seulement des tailles mannequins… dites, messieurs et mesdames les inventeurs de taxes, vous voyez que moi aussi je peux dire des « grosses conneries ».

Foutez-nous la paix et lâchez-nous les bourrelets, s’il vous plaît.

photo

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s