Oui ou non

Je ne sais pas ce que vont voter les Écossais. Et je n’ai pas d’opinion sur la question. En fait, je ne connais pas vraiment les enjeux pour eux. Comme la plupart des Européens, je suis cette élection de loin parce qu’elle est un exemple qui peut éventuellement booster ou calmer les tendances indépendantistes qui se développent un peu partout. Mais ce n’est pas l’intention de mon billet de m’étendre sur l’aspect politique de ce référendum.

C’est l’aspect humain qui m’interpelle. La scission qui va se passer ce soir dans les rues. Dans les pubs. Dans les maisons. Dans les appartements. Dans les familles. Dans les clubs d’amis. Dans les têtes. Dans les cœurs. Et demain matin dans les bureaux. Dans les ateliers. Dans les cours de récrés. Donan sera-t-il encore l’ami de Craig ?

Il y aura désormais ceux qui auront voté oui. Et ceux qui auront dit non. Fifty fifty, ou presque. Quelques voix seulement feront la différence et opposeront la population en deux camps. D’un côté les « patriotes », de l’autre les « vendus ». D’un côté, on boira le whisky pour faire la fête, de l’autre pour oublier. Ou vice versa. Bref, un peuple va se détacher d’un autre. Ou pas. Mais se diviser quoi qu’il en soit.

Oui ou non, ce n’est jamais une bonne question.

Capture d’écran 2014-09-18 à 18.04.13

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s